Conduits 3CEp : les clés d’un bon entretien pour concilier efficacité et sécurité

18/08/2020 - Copropriété

Le conduit collectif pour chaudière étanche pression, 3CEp pour les intimes, a le vent en poupe dans le bâti collectif neuf. Et pour cause, il constitue une excellente alternative à la solution ventouse en façade ou en toiture pour évacuer les produits de combustion des chaudières gaz individuelles à condensation. Le point sur les opérations de contrôle indispensables à un fonctionnement optimal et sécurisé.

 

3CEp: de quoi parle-t-on ?

Le 3CEp (conduit collectif pour chaudière étanche pression) permet d’évacuer les produits de combustion de plusieurs chaudières individuelles à condensation grâce à un circuit de combustion étanche. Le raccordement de ces chaudières à un conduit d’évacuation vertical unique permet de réduire l’encombrement en gaine technique et ainsi de rationaliser l’installation générale. D’où un entretien facilité.

 

Un système 3CEp, qui peut se situer à l’intérieur ou à l’extérieur d’un bâtiment suivant la configuration des locaux, se compose de trois éléments principaux :

  • Le conduit

Conçu pour résister à la température et à l’acidité des fumées, il est constitué de deux conduits concentriques. Le conduit central permet ainsi l’évacuation, en légère pression, des produits de combustion des chaudières, tandis que le conduit extérieur assure l’alimentation en air comburant. Si dans le cas d’une pose extérieure il se compose d’une simple paroi isolée, pour une implantation intérieure, il est à double paroi pour des raisons de sécurité. L’étanchéité du système, assurée par des joints à lèvres, réduit considérablement l’encombrement du conduit.

 

  • Le conduit de liaison

Cet élément horizontal relie la chaudière au conduit vertical de manière parfaitement étanche.

 

  • Le terminal de toiture

C’est lui qui va évacuer les produits de combustion tout en permettant l’alimentation en air nécessaire au bon fonctionnement des chaudières. Contrairement à une simple cheminée, les deux flux sont bien séparés pour éviter que l’air comburant ne soit pollué par les produits de combustion. A noter : le ventilateur des chaudières raccordées doit être particulièrement efficace, car c’est lui qui va fournir la pression nécessaire pour évacuer les fumées. Mais aussi permettre l’adjonction d’air comburant indispensable.

 

Bon à savoir: Toutes les chaudières à condensation installées au sein d’un système 3CEp doivent impérativement disposer d’un clapet anti-retour. Comme son nom l’indique, cette pièce permet d’éviter le retour des produits de combustion ce qui perturberait le fonctionnement des chaudières. Idéalement, ce clapet anti-retour peut être intégré d’origine, le plus souvent en aval de la chambre de combustion. Si tel n’est pas le cas, un clapet extérieur à la chaudière doit obligatoirement être installé sur le conduit de raccordement. Tous les fabricants prévoient d’ailleurs ce cas de figure et fournissent, le cas échéant, des précisions techniques aux installateurs.

Maintenance d’un système 3CEp

Obligatoire une fois par an (cf. encadré final), la maintenance d’un système 3CEp prévoit a minima :

 

•       La vérification de l’état général et de la stabilité des éléments (avec, en particulier, un nettoyage du corps de chauffe et un réglage du brûleur).

 

•       La vérification de la vacuité du conduit collectif (absence de tout corps étranger), en démontant le cône d’écoulement, en pied de colonne. Ce contrôle peut se faire de manière visuelle, si le conduit est en ligne droite, ou par fumigène ou caméra en cas de courbure du conduit. Le passage d’une ogive ou d’un hérisson de ramonage est en effet très fortement déconseillé. Attention : en cas de dépose de la chaudière ou du conduit de raccordement lors de la maintenance, le conduit de liaison doit être obligatoirement obturé, pour prévenir tout risque de refoulement des produits de combustion d’autres chaudières.

•       Le nettoyage du bac de récupération des condensats ainsi que du siphon muni du dispositif anti-retour, avec remplissage en eau si besoin. Objectif : éviter que les produits de combustion ne reviennent dans le corps de chauffe, si le siphon d’évacuation des condensats des chaudières ne contient pas ou plus d’eau.

 

•       La vérification et le nettoyage du terminal.

 

Une fois ces opérations effectuées, l’entreprise doit remettre au client un certificat annuel de contrôle et d’entretien du conduit collectif pour chaudières étanches fonctionnant sous pression. Cette attestation qui établit ainsi la continuité et la vacuité du conduit sur toute sa longueur doit obligatoirement comporter le nom de l’entreprise ayant réalisé l’entretien ainsi que la périodicité réglementaire de ce dernier.

Taux du monoxyde de carbone (CO) : un contrôle essentiel

Après avoir évalué le rendement de la chaudière et comparé ce dernier aux chiffres annoncés par le fabricant, le technicien doit également contrôler la combustion et mesurer le taux de monoxyde de carbone (CO) en ambiance.

 

Par ailleurs, il doit systématiquement mesurer le taux de CO dans l’air neuf et le taux de dioxygène (O₂). Ceci afin de s’assurer de l’absence de produit de combustion revenant dans la chaudière – et donc potentiellement dans le logement – via la partie externe du conduit concentrique qui apporte l’air comburant. Pour le CO, la valeur mesurée doit être nulle, tandis que celle de l’O₂ ne doit pas être inférieure à 20,9%.

La présence de monoxyde de carbone va ainsi généralement indiquer une mauvaise étanchéité du conduit ou un problème au niveau du terminal de toiture. Voire la défaillance d’un clapet sur l’une des chaudières raccordées au système 3CEp. Quoi qu’il en soit, s’il ne parvient pas à en déterminer la cause, le technicien devra bouchonner le système et le laisser à l’arrêt, en attendant une décision du gestionnaire.

 

A retenir :

➢    Les chaudières raccordées à des installations 3CEp, doivent disposer d’une certification C4p. Celle-ci garantit la présence d’un clapet anti-retour sur le circuit de combustion, ou d’un accessoire à installer en sortie de chaudière.

 

➢    Depuis l’arrêté « gaz » du 23 février 2018 (relatif aux règles techniques et de sécurité applicables aux installations de gaz combustible des bâtiments d’habitation individuelle ou collective, y compris les parties communes), une vérification de l’installation des conduits 3CEp et des chaudières associées est obligatoire pour toute nouvelle installation, avant la mise en service. Cf. protocole de vérification intégré en annexe n°5 du guide réglementaire EVAPDC (Évacuation des produits de combustion) réalisé par le Centre national d’expertise des professionnels de l’énergie gaz (CNPG)

 

➢    Au-delà de ce contrôle préalable à la mise en service, un contrôle annuel doit être réalisé chaque année avec remise d’une attestation par une entreprise identifiée. Cet entretien doit se faire selon les préconisations du cahier des prescriptions techniques communes (e-cahier du CSTB n°3766) concernant les systèmes 3CEp.

Vous souhaitez plus d’informations sur l’entretien des conduits 3 CEp? Contactez nos experts Garanka dès maintenant!

Prendre RDV